Assassinat en France: une femme brûlée vive par l’ex de son copain, à Brétigny

La dépouille cramée d’une jeune française a été retrouvée dans la ville de Brétigny, le mardi 27 avril 2021. Trois jours après, deux hommes et une femme sont suspectés de l’avoir tuée par jalousie.

Au soir du mardi 27 avril, aux environs de 23 heures, un automobiliste a alerté les secours qui ont fait une descente dans la forêt de Brétigny, dans l’Eure. Sur les lieux, ils ont retrouvé dans un véhicule en feu le corps calciné d’une jeune femme. Il leur a précisé qu’il a vu trois individus qui semblaient fuir en courant, a relayé Closer.

Les policiers pendant leurs investigations ont interrogé le compagnon de la victime et l’ex-compagne de ce dernier. Ils découvrent « qu’elle avait réussi à usurper sa ligne téléphonique », a expliqué Dominique Puechmaille, la procureure de la République. Elle a ajouté « que cette même femme s’était déjà montrée harcelante vis-à-vis de la victime. Dans son historique de recherche, les enquêteurs retrouvent les mots-clefs « bois 27 »« acide pour détruire un corps » et « points vitaux pour paralyser »».

La femme de 26 ans mise en garde vue a confié qu’elle a donné rendez-vous à la victime chez elle en se faisant passer pour son ex petit-ami. « A son arrivée, deux hommes sont cachés dans la salle de bain. L’un d’eux la frappe à l’aide d’un bâton. Puis, il l’étrangle avec une sangle pendant que les deux autres individus maintiennent la victime ».

Selon la procureure de la République, la victime a été battue puis étranglée avec une sangle. Le cadavre a été ensuite transporté dans les bois. La jeune femme de 27 ans a été ensuite placée sur le siège conducteur, puis le feu a été mis au véhicule, apparemment avec un liquide combustible. « Trois suspects ont été mis en examen » le vendredi 30 avril dernier, a informé Ouest France.

Deux hommes âgés de 26 et 38 ans ont reconnu les faits.« Ils n’étaient pas connus de la justice jusqu’ici sauf celui de 38 ans, condamné en 2019 pour des faits de violences et agression sexuelle », a souligné la procureure de la République. La magistrate a indiqué que « nous sommes dans le cadre d’une jalousie amoureuse». Une enquête de meurtre avec préméditation a été ouverte. Les trois présumés assassins risquent la prison à perpétuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus