News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Bénin – Réalisation de la LEI: la prorogation d’une semaine n’est pas suffisante selon Iréné Agossa

Au Bénin, l’opération de régularisation des résidus pour l’Inscription sur la liste électorale informatisée (LEI) a été prorogée d’une semaine et prendra donc désormais fin le vendredi 22 avril 2022 à 16 heures. Ainsi en a décidé l’Agence nationale d’identification des personnes (Anip). Si la décision de prorogation est saluée par le président du RLC, Iréné Agossa, il estime néanmoins que les une semaine ne sont pas suffisantes au regard des constats faits sur le terrain.

Un délai complémentaire est accordé aux personnes n’ayant pas fourni lors de leur enrôlement au RAVIP toutes les informations indispensables à leur inscription sur la Liste électorale informatisée (LEI) et aux citoyens ayant manqué le recensement au RAVIP lors de la précédente opération. C’est par une note de service que le gestionnaire mandataire de l’agence nationale d’identification des personnes (ANIP) a rendu public l’information.

Ainsi, l’opération est prorogée d’une semaine. Précédemment prévue pour prendre fin le samedi 16 Avril, elle est prorogée jusqu’au 22 Avril à 16 heures. Si la décision est saluée par le président du parti restaurer La Confiance, Iréné Agossa, ce dernier estime néanmoins que le délai de prorogation est insuffisant .

« Est ce que c’est vu les problèmes qu’ils ont constaté sur le terrain qu’ils ont pensé qu’il faut proroger cette opération d’une semaine? Une semaine, je ne sais pas si c’est suffisant; vu les problèmes que nous avons constaté sur le terrain« , a indiqué Iréné Agossa.

Pour lui, il faut d’abord régler le problème du personnel pour faire rapprocher davantage l’opération des populations. Il suffit, indique-t-il, de voir la distance qui sépare les arrondissements par rapport à un village dans certaines Communes au Nord du pays, pour se rendre compte qu’il est difficile en ces temps de cherté pour les populations de se déplacer vers ces arrondissements.

Pour l’opposant au régime de la rupture, il faut faire le point des difficultés constatées sur le terrain avant de voir si c’est une semaine de temps de prorogation qui permettra d’apporter des solutions aux problèmes observés sur le terrain ou s’il faut accorder plus de temps pour permettre à tout le monde de se faire enrôler.

L’opposition, précise-t-il va se concerter afin de faire le point de toutes les difficultés collectées sur le terrain et les reverser aux responsables à divers niveau pour d’éventuelles décisions à prendre. Mais déjà Iréné Agossa affirme qu’il a des doutes que les quelques jours supplémentaires accordés par l’ANIP soient suffisants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.