News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

L’agence Fitch Ratings maintien la note « B+ » avec perspective stable pour le Bénin

Selon un communiqué de l’agence internationale de notation financière Fitch Ratings en date à Londres du 08 Avril 2022, la note de défaut des émetteurs en devises à long terme (Idr) du Bénin est maintenue à « B+ » avec une perspective stable.

Dans un nouveau rapport rendu public à Londres le 08 Avril dernier, l’agence de notation financière Fitch Ratings a maintenu sa note B+ avec perspective stable pour le Bénin. Selon l’institution, la dette a atteint 49,7% du PIB en 2021, mais plusieurs facteurs positifs tels qu’une croissance attendue à 6,3% à moyen terme permettront de la stabiliser.

De plus, elle note une forte croissance tendancielle, une dette publique par rapport au produit intérieur brut (Pib) inférieure à celle de ses pairs et un bilan récent de réformes économiques et de politiques budgétaires prudentes, contrebalancées par de faibles recettes publiques et une économie relativement peu diversifiée fortement dépendante du Nigeria et de la filière coton.

La prévision de la stabilité de la dette publique béninoise à 49% du PIB en 2022, représente une baisse marginale par rapport aux 49,7% estimés pour l’année 2021. Cette stabilité est motivée selon l’institution de notation par un assainissement budgétaire progressif et une poursuite de la croissance économique.

« Les risques liés aux passifs éventuels sont faibles, avec un seul prêt garanti par un Etat, représentant 0,1 % du PIB, une dette non garantie d’une entreprise publique représentant 1,7 % du PIB (fin 2020), et aucun passif éventuel lié à un partenariat public-privé », précise l’agence.

Selon « l’Agence Ecofin », depuis l’émission de son premier eurobond en 2019, le Bénin a mis en place une stratégie proactive de gestion de la dette qui lui a valu le satisfecit des institutions financières internationales, malgré une hausse du ratio dette/PIB. En pleine pandémie de covid-19, le Fonds monétaire international (FMI) avait d’ailleurs indiqué que le pays ouest-africain s’était montré particulièrement résilient grâce à des « fondamentaux économiques solides ».

A titre illustratif, le magazine économique rappelle que la croissance 2021 du pays est estimée à 7% par le gouvernement, après un ralentissement en 2020, et Fitch Ratings s’attend à une croissance de l’ordre de 6,3% à moyen terme, grâce à « une augmentation de la production agricole, notamment du coton, et la poursuite des investissements dans le cadre du nouveau programme d’action du gouvernement ».

Le déficit budgétaire s’est creusé de 4,7 % du Pib en 2020 à 5,7 % en 2021, inférieur au déficit de 6,5 % prévu dans la loi de finances rectificative, indique Fitch Ratings dans son rapport. L’amélioration de la performance des recettes (+13,7 % en 2021), grâce à la poursuite des mesures administratives génératrices de recettes en matière de recouvrement fiscal et douanier, n’a pas entièrement compensé la hausse des dépenses (+13,3 %), notamment les dépenses d’investissement, qui ont augmenté de 29 %.

Par ailleurs, le budget 2022 prévoit un déficit de 4,5 % du Pib. Les dépenses devraient baisser de 2 % et les revenus augmenter de 13 % par rapport aux estimations de 2021. Compte tenu des contingences, le déficit diminuera à 4,9 % du Pib en 2022 et 4,1 % en 2023, selon les prévisions. Le plafond du déficit régional fixé à 3 % du Pib dans le pacte de convergence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), et suspendu en raison de la crise économique et sanitaire, devrait être rétabli d’ici 2024.

Quid de l’Agence Fitch Ratings ?

L’agence de notation Fitch Ratings est l’une des trois grandes agences internationales de notation financière. Elle attribue, selon des critères et une classification qui lui sont propres, une note traduisant son opinion sur la capacité d’un émetteur à remplir ses obligations financières, donc à ne pas se trouver en situation de défaut de paiement.

En tant que mesure du niveau du risque de crédit, la note influe sur le niveau du taux d’intérêt proposé à l’entreprise notée. En d’autres termes, plus la note d’un émetteur est mauvaise, plus il lui coutera cher d’emprunter car il lui sera difficile d’intéresser les investisseurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.