Burkina Faso: un groupe de cyber-escrocs dans les filets de la Brigade anti-cybercriminel

Au Burkina Faso, la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité (BCLCC) a démantelé un réseau de cyber-escrocs composé de quatre personnes toutes de nationalité étrangère.

Un groupe de 04 personnes toutes de nationalité étrangère, qui excellait dans l’escroquerie, l’usurpation d’identité, le faux et l’usage de faux, et le blanchiment d’argent par utilisation de moyens de communication électronique, vient d’être interpellé par la BCLCC à travers sa Division des Enquêtes, informe la Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité (BCLCC) qui a annoncé leurs modes opératoires.

A lire aussi: Dialogue politique au Burkina Faso: la situation sécuritaire et la révision du code électoral en débat

Dans le premier scénario du groupe, des faux profils Facebook sont créés avec des photos et pseudonymes d’« Aristide Bance » et « Rama la slameuse ». Ces faux comptes sont utilisés pour appâter les victimes en leur proposant une aide financière. Une fois le contact établi et la confiance installée, la victime est mise en contact avec un complice jouant le rôle de manager afin d’entrer en possession des fonds.

C’est ainsi qu’en fonction du montant de l’aide financière souscrit (700 000 FCFA à plus de 2 000 000 FCFA), la victime est invitée à verser des frais de dossier et d’assurance (50 000 FCFA à 150 000 FCFA). D’autres frais pour accélérer le dossier peuvent être demandés à la victime. Dès que ces montant sont perçus avec la victime, elle sera bloquée.

A lire aussi: Burkina Faso: « Nous disons à l’armée française de plier bagage »

Dans le second scénario, des faux profils Facebook sont créés à partir de photos de belles femmes européennes pour appâter des victimes d’origine africaine et particulièrement burkinabé. Une fois l’invitation acceptée et quelques jours d’échange, le cybercriminel travaille à établir une relation intime avec la victime. Ensuite, il se fait passer pour un touriste en provenance de la France ou du Canada et que son avion doit atterrir à Bobo-Dioulasso.

C’est ainsi qu’il entre de nouveau en contact avec la victime en se faisant passer cette fois-ci pour un taximètre désirant acquérir une carte Sim avec un indicatif Burkinabé au profit dudit touriste. Plus tard, le cyber-délinquant confirmera à la victime qu’il serait arrivé à Bobo et qu’il enregistre des difficultés avec sa carte bancaire pour assurer les frais du billet de son vol pour Ouagadougou. Avec de manœuvres minutieuses le cyber-délinquant se ferait verser des sommes d’argent pour un nouveau billet d’avion ainsi que pour ses frais d’hôtel. Dès lors que l’argent est reçu, le contact est rompu avec la victime.

Des portables, ordinateurs et cartes d’identité saisis…

Les investigations menées par la Division des Enquêtes ont permis de saisir des mains des escrocs : dix-sept (17) téléphones portables, 02 ordinateurs portables, dix-huit (18) box de Sim, une (01) carte SIM française, quatre (04) clés USB, un (01) disque dur, un (01) box de carte Sim française, une (01) carte visa AFRICARDS UBA, deux (02) Cartes ECOBANK et BOA.

Deux (02) Cartes Nationale d’Identité Burkinabé, une (01) Carte d’Identité Béninoise, deux (02) fiches d’abonnement de carte Sim orange Burkina, un (01) vélomoteur de marque NANO, un (01) permis de conduire, deux (02) photocopies de CNIB, des cartes Sim incriminés comportant les numéros +33752828453 / 67-93-83-97 / 67-93-23-97 / 64-73-96-78 et la somme de cent vingt-deux mille cinq cent franc CFA (122.500 FCFA) ont également été saisis par la brigade.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisement -spot_img
Dans le flux de l'actualité
- Advertisement -
A lire aussi :
- Advertisement -