« Aucun président ne peut parler comme Patrice Talon a parlé sur RFI et France 24 », Candide Azannaï

L’entretien accordé par le chef de l’Etat, le président Patrice Talon, le vendredi dernier à RFI et France 24, continue de faire la vague dans la classe politique. A la faveur de la commémoration des 6 ans de la tentative d’enlèvement de sa personne sous le régime Yayi, l’ancien ministre Candide Azannaï livre son appréciation de cette actualité dans une émission intitulée « L’Eclairage du leader ».

Evoquant le contenu de l’entretien accordé par le président béninois à ces deux médias internationaux, le président du parti Restaurer l’Espoir, l’ancien ministre délégué près le président de la république chargé de la défense nationale, a estimé que le chef de l’Etat n’a pas su se mettre au-dessus de la mêlée.

A Lire aussi: Bénin – Arrestation de Joël Aïvo: l’appel de l’AFDC aux institutions pour garantir ses droits

« Aucun président de République, aucun chef d’Etat ne peut parler comme le président Patrice Talon a parlé (sur RFI et sur France 24, Ndlr)« , a-t-il martelé.

Candide Azannaï

A en croire l’ex-collaborateur du chef du président de la république, quand on est chef de l’Etat, il y a des niveaux de conscience où il faut se mettre. On se met dans la méta-conscience pour aborder les sujets et les questions, on se fait entourer de conseillers, on s’organise pour ne pas sortir de soi, ce que l’on appelle la tempérance, a-t-il indiqué.

Pour Candide Azannaï, le chef de l’Etat a manqué de maîtrise de soi en abordant plusieurs questions des journalistes. Selon lui, il y a trop d’amalgame dans la manière de parler du président et de l’échappatoire dans sa tentative de répondre aux questions.

Sur les allusions faites par le chef de l’Etat sur des présidents de la sous-région, qui auraient financé l’ancienne ministre Reckya Madougou, Candide Azannaï a préféré donner des conseils à ceux qui aspirent à la fonction de président de la République.

« Lorsque vous serez président, lorsque vous serez gouvernant, lorsque vous aurez des responsabilités, avant de dire n’importe quel propos qui touchent aux pays voisins, à un autre pays, réfléchissez par 7 fois et taisez-vous; ce serait mieux« , a laissé entendre Candide Azannaï.

A l’en croire, en parlant à l’emporte-pièce, le chef de l’Etat risque de mettre en difficulté la diplomatie, précisément la diplomatie dans son aspect local et la diplomatie de voisinage, a-t-il précisé, avant de conclure que le chef de l’Etat pouvait se passer de cet entretien.

2 commentaires
  1. Coovy dit

    Continuer de se taire pour que la vérité ne jaillisse jamais sur les tenants et les aboutissants des actes de vandalisme ?
    Cet entretien sur rfi et fut france 24 était plus que nécessaire !

  2. Segbotangni Roger dit

    J’aurais aimé qu’on apprécie une fois pour toute celui qui fait bien son travail au lieu de s’attacher à son partie politique et mal jugé les gens
    Il fut la première fois qu’un président a puis interviewvé sans crainte ses faits politique
    Vraiment merci Mr le Président A.G.Talon

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus