News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

France – Guerre des gangs: un adolescent décédé, deux autres blessés

Deux hommes armés ont assassiné un adolescent de 14 ans et blessé deux autres mineurs de 8 et 14 ans, mercredi soir, dans la cité des Marronniers. La guerre des stups fait rage à Marseille, s’attaquant à des victimes de plus en plus jeunes.

Dans le monde des stups, la guerre des gangs touche de plus en plus la classe juvénile, notamment, dans les quartiers nord de Marseille, victimes des règlements de comptes. Mercredi soir, vers 22h30, c’est un adolescent de 14 ans a été abattu à l’entrée d’un parking de la cité Les Marronniers (XIVe arrondissement) par deux tueurs à moto. Les deux assassins ont pris, ensuite, la fuite après avoir tiré avec au moins une Kalachnikov. Prise en charge par les marins-pompiers, la jeune victime, inconnue des services de police, a succombé à ses blessures.

À lire aussi : Coopération Bénin-France : quelques informations utiles sur cette relation bilatérale

Un autre adolescent de 14 ans, qui était suivi par un juge pour enfants, a été blessé aux jambes dans la fusillade, sans que ses jours ne soient mis en danger, alors qu’un enfant de 8 ans a été « légèrement blessé à la tête dans des circonstances restant à confirmer », selon le parquet de Marseille. Les deux victimes pourraient être des guetteurs utilisés par le réseau local de trafiquants de stups. Les trafiquants n’hésitent pas, en effet, à utiliser cette main-d’œuvre mineure, qui risque peu devant la justice pour la surveillance, les « choufs », ou même la vente de drogue, les « charbonneurs ».

La police judiciaire, saisie par le parquet sur ce onzième règlement de comptes, depuis le début de l’année, dont sept depuis le début de l’été, devra déterminer l’origine et le mobile du crime. La cité des Marronniers, une copropriété parmi les plus dégradées de Marseille, est connue comme l’un des innombrables « plans stup » de la cité phocéenne. Cependant, l’adolescent assassiné pourrait être une nouvelle victime collatérale.

« C’est peut-être une vengeance… »

« C’est peut-être un coup de pression sur ce point de deal, une vengeance ou carrément la volonté de s’approprier ce plan stup », estime un policier. « L’argent généré par la drogue aiguise tous les appétits avec une nouvelle génération de trafiquants qui cherche à faire son trou à n’importe quel prix. La nature a horreur du vide. »

À lire aussi : Assassinat en France: une femme brûlée vive par l’ex de son copain, à Brétigny

« Les enquêtes judiciaires sont en cours, mais, a priori, il apparaît assez évident que la guerre des territoires, pour récupérer des points de deal rémunérateurs, est sans doute une des raisons de ces attaques à main armée », a confirmé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en déplacement dans les Bouches-du-Rhône. « Ces faits absolument inacceptables montrent la terreur qui s’installe dans des quartiers ou des cités, dont on sait qu’ils sont la proie des trafiquants de drogue. Des trafiquants sont partis à l’étranger pour fuir la police nationale, d’autres sont en prison, des gens veulent prendre leur place, ceci explique sans doute cela. Au-delà de ce fait divers ignoble, ces dix dernières années, les morts par règlements de comptes ont été divisés par deux à Marseille et j’encourage la police nationale à continuer son travail pour imposer la règle républicaine face aux trafiquants de drogue ». a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.