News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Bénin – UAC: la vice-doyenne de la FASHS provisoirement dessaisie de la signature des actes académiques

Depuis quelques jours, plusieurs médias font écho d’une situation qui prévaudrait au niveau de la FASHS, entendez Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’université d’Abomey -Calavi, relativement à la signature des actes administratifs. Pour décanter la situation, le rectorat par note de service no : 638-2021 du 04 Août 2021 a dessaisi la vice-doyenne de certaines de ses prérogatives.

La vice-doyenne de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’université d’Abomey-Calavi n’est plus autorisée à signer les attestations et relevés de notes des étudiants du département. Elle a été dessaisie de cette prérogative par la note de service no : 638-2021 du 04 Août 2021 du rectorat.

A lire aussi: Bénin: le parti du renouveau démocratique en université de vacances le 25 Septembre prochain

Selon plusieurs sources, cette décision du rectorat de l’université d’Abomey-Calavi fait suite à des recommandations d’une commission d’enquête mise en place par l’instance dirigeante de l’UAC pour faire la lumière sur une situation de blocage de signature des attestations et relevés de notes des étudiants.

Un blocage dû à la résistance ou à la méconnaissance des textes ?

La signature des actes administratifs, notamment des attestations et relevés de notes des étudiants de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’université d’Abomey-Calavi, relève des prérogatives de la vice-doyenne chargée des affaires académiques.

Mais depuis un certains temps, cette dernière n’assume plus correctement ses prérogatives, laissant s’entasser des attestations et relevés non signés.

Plusieurs fois rappelée à l’ordre par la doyenne, Odile Guedegbe, la vice-doyenne de la Fashs, Sylvie de Chacus, pour des raisons non encore précises, n’a pas déféré aux recommandations de la hiérarchie.

Suite à un rapport déposé par une commission mise en place par le rectorat pour mieux apprécier la situation, la vice-doyenne est dessaisie de la signature de ces actes et la doyenne réquisitionnée pour la cause.

Pour l’heure, la véritable cause de cette situation de blocage n’est pas encore comprise. Est-ce une méconnaissance des textes qui régissent le fonctionnement du département ? En attendant que les bénéficiaires de ces différents actes soient situés, le rectorat vient de prendre ses responsabilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.