Bénin: « Tous les organes de contre-pouvoir ont été embrigadés dans un système », Robert Dossou

AccueilA la UneBénin: "Tous les organes de contre-pouvoir ont été embrigadés dans un système", Robert Dossou
- Publicité-
Campagne Pigier Cisco

L’ancien président de la Cour constitutionnelle, Me Robert Dossou, fait constater que, depuis 5 ans, les institutions, dont la mission est de servir de contre-pouvoir, semblent avoir démissionné. Il estime que toutes les institutions sont embrigadées et ne jouissent pas de leur liberté.

Me Robert Dossou ne voit pas d’institution de contre-pouvoir face au régime de Patrice Talon. Depuis les cinq dernières années, l’ancien président de la Cour constitutionnelle constate, selon lui, la démission des institutions. « Tous les organes de contre-pouvoir ont été déjà embrigadés dans un système, qui est un système de bloc », a-t-il confié à LNT.

Depuis les 5 dernières années, plus aucun organe de contre-pouvoir ne joue pleinement son rôle, parce que tout est bloqué dans le même système de gens qui sont-là pour, et qui n’ont plus toute la liberté.

Me Robert Dossou

Pour Me Robert Dossou, ce qui est observé aujourd’hui au niveau des institutions, comme la Cour constitution et l’Assemblée nationale, n’est pas la faute aux lois. « Quelle que soit la constitution que vous votez, ce sont des hommes qui animent les institutions. Vous mettez quelqu’un d’indépendant, il va exercer son indépendance; vous mettez quelqu’un de soumis, il va déployer sa soumission », a-t-il dit.

- Publicité-

« La justice doit reprendre toutes ses prérogatives »

Robert Dossou porte également des griefs contre la manière dont le pouvoir judiciaire est exploité aujourd’hui. Il dit ne plus reconnaître les acteurs judiciaires, qui, hier, faisaient montre d’une compétence parfaite. « Je suis dans ce palais de justice depuis 1973. J’ai vu dans ce palais de justice, des magistrats qui étaient compétents, corrects et indépendants. Aujourd’hui, je revois les mêmes magistrats qui rendent des décisions qui ne leur ressemblent plus », a-t-il déploré.

La justice doit reprendre toutes ses prérogatives.

Me Robert Dossou

Pour l’ancien président de la Cour constitutionnelle, le pouvoir judiciaire doit se réconcilier avec les citoyens. « La justice ne peut pas être dans une société, un épouvantail, un objet de terreur et de peur ; mais une source de confiance. Le citoyen doit avoir confiance en la justice », a dit Robert Dossou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici