News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Troubles auditives: tout savoir sur quand consulter

La baisse de l’audition, une gêne auditive ou un inconfort accompagné de douleurs doit vous éveiller à une consultation. Dans de pareilles situations, c’est fort probable que vous soyez atteint d’un trouble de l’audition. Face à ces symptômes, il est primordial de consulter un médecin ORL (Oto-rhino-laryngologiste) ou un audioprothésiste, histoire d’avoir une idée précise sur l’origine de votre pathologie et vous faire soigner. Au cours de ce bilan, vous serez soumis à un véritable interrogatoire. Bénin Web Tv a fait sa petite investigation pour vous édifier sur le sujet.

Le dépistage auditif ou bilan auditif est un examen rapide et non douloureux, qui permet de mesurer votre ouïe ainsi que votre degré de surdité. Au cours de cet examen, un certain nombre de tests sont réalisés pour mesurer la perte auditive, identifier les déficiences, les séquelles et l’origine de la pathologie. Il s’agit du test de réaction, d’orientation, des voix ou encore du test aux bruits. Pour cet examen, de nombreux appareils sont utilisés. Nous avons, par exemple, l’audiogramme, qui détermine le niveau d’audition de chaque oreille et l’audiomètre vocal, qui sert, quant à lui, à mesurer la réaction du patient lorsque différents sons sont exécutés.

Par ailleurs, ce bilan est un examen que vous pouvez effectuer auprès d’un médecin généraliste, d’un médecin ORL ( Oto-rhino-laryngologiste) ou d’un audioprothésiste. Ces spécialistes de la santé auditive sont tous habilités à vous examiner.

Toutefois, même si vous avez été ausculté par un médecin généraliste ou un audioprothésiste, il est davantage recommandé de se diriger vers un médecin ORL, le seul à même de pratiquer un diagnostic complet. Après examen, il peut vous recommander les voies thérapeutiques à adopter pour corriger le mal.

Le déroulé du diagnostic auditif

Que ce soit chez le médecin ORL, le médecin généraliste ou l’audioprothésiste, le déroulement d’un bilan auditif peut se résumer en trois étapes majeures :

  • l’entretien préliminaire,
  • les examens médicaux,
  • les prescriptions, conseils ou recommandations après examen.

Chacune de ces étapes est rythmée par des procédés propres à chaque spécialiste et l’examen dure en principe moins d’une heure. La phase de l’entretien préliminaire permet de comprendre la situation personnelle du patient ainsi que les événements qui ont pu provoquer une surdité importante ou temporaire.

Après cet entretien, vient la phase des examens qui peut se dérouler de différentes manières en fonction du spécialiste qui vous suit. Alors que le médecin ORL et l’audioprothésiste choisiront de procéder directement à une otoscopie (examen des conduits auditifs, de l’oreille externe et de celle moyenne, jusqu’au tympan) et de poursuivre peut-être avec une audiométrie, le médecin généraliste ou de proximité commencera ses tests avec un examen médical général (prise de tension et autres).

Pour ce qui est de la troisième phase, seuls le médecin ORL et le médecin généraliste peuvent effectuer des prescriptions ou des recommandations thérapeutiques. Après l’examen, ils peuvent pratiquer une intervention, prescrire des médicaments ou exiger un appareillage, si nécessaire. L’audioprothésiste, au contraire, n’est pas habileté à prescrire un traitement après un dépistage auditif. Il peut, cependant, appareiller un patient sur prescription d’un médecin spécialiste.

L’interrogatoire proprement dit

Dans le déroulement du bilan auditif, les questions auxquelles vous devez soumettre des réponses surviennent généralement au cours de la première étape de l’examen, qui est l’entretien préliminaire. Vos réponses permettront de connaître l’état de votre maladie. Généralement, vous serez soumis, principalement, aux questions suivantes :

  • Quel est le niveau de la gêne auditive que vous ressentez ?
  • Quand est-ce que les symptômes de la perte auditive sont apparus pour la première fois ?
  • Quels sont les facteurs déclenchants que vous pouvez nommer ?
  • Est-ce vos deux oreilles qui sont concernées par la baisse d’audition ou une seule ?
  • Quels sont vos antécédents médicaux (hypertension, maladie, hérédité) ?
  • Suivez-vous un traitement médicamenteux ?
  • Comment vivez-vous quotidiennement ces troubles de l’audition ?

La liste n’est pas exhaustive. Le spécialiste peut décider à tout moment de poser d’autres questions qu’il juge utiles au diagnostic. Par ailleurs, lors de la phase des examens médicaux, certaines petites questions peuvent également survenir. Durant l’audiogramme ou l’audiométrie vocale, le médecin peut, par exemple, vous demander à quelle fréquence vous percevez les sons émis ou vous demander de répéter des mots qui vous seront chuchotés à l’oreille.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.