« Moi, je regrette la disparition de la SONACOP », Dieu-Donné Lokossou

La Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (SONACOP) a définitivement disparu au profit de deux autres sociétés privées, à savoir: la société ORYX BENIN et le groupement BENIN ENERGIE.

La décision a été prise en conseil des ministres en sa session du mercredi 9 Juin 2021. En effet, selon le compte rendu dudit conseil des ministres, le gouvernement après examen du rapport du Comité de coordination et de suivi de la restructuration de la SONACOP SA, et après analyse des offres reçues, a fait l’option de céder les stations de la société aux deux sociétés ayant fait les propositions les plus intéressantes.

A Lire aussi: Bénin: Abdoulaye Diop, nouveau président de la commission de l’UEMOA reçu par Patrice Talon

Cette cession est exempte du foncier qui fera plutôt l’objet d’un bail, de même que la station ORNANO située au carrefour dit des trois banques à Cotonou, a précisé le compte rendu du conseil des ministres.

Les regrets de Dieu-Donné Lokossou

Monsieur Dieu-Donné Lokossou, ancien responsable syndical de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (SONACOP) n’a pas été très enthousiasmé par cette nouvelle, bien que la société ait accumulé des dettes.

Joint par radio Sêdohoun, l’ancien Secrétaire Général de la Confédération des Syndicats Autonomes (CSA-Bénin), Dieudonné LOKOSSOU affirme regretter cette décision prise par le gouvernement.

« Moi, je regrette la disparition de la SONACOP et puis je n’ai pas entendu parler des travailleurs qui sont en chômage après la fermeture, la liquidation de la SONACOP. Ils n’ont pas été bien traités et aujourd’hui il y en a qui souffrent », a déploré Dieudonné LOKOSSOU.

Pour l’ancien syndicaliste, la liquidation de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers est une grande perte pour le pays.

A en croire Dieu-Donné Lokossou, la manière dont le dossier de la SONACOP a été géré n’est pas bon. Pour lui, si la société a accumulé aujourd’hui des dettes, ce n’est pas la faute aux travailleurs mais la faute au gouvernement qui nomme les directeurs généraux de la société.

Il regrette que sans que ceux-là, qui, dans leur gestion, ont ruiné la société, n’ont pas été sanctionnés, on procède à la liquidation de celle-ci sans aucune garantie pour les ex-agents de la société qui traversent des moments difficiles.

2 commentaires
  1. Zinzindohoué dit

    Allons-y seulement! Vous avez dit que c’est Talon qui développe le pays non? Ce que Talon a fait en 5 ans de règne, aucun autre Président de la République n’a eu à le faire. C’est bien ça non?

  2. ZATIN dit

    Lokossou, la Sonacop n’a pas accumulé des dettes, mais des pertes: il s’agit de deux choses différentes. Le Benin est frappé par la malédiction des détournements et de la mauvaise gestion gestion des sociétés d’État. C’est seulement au Benin qu’une société de commercialisation de produits pétroliers fait faillite. Ces entreprises ont une situation reluisante notamment au Burkina et au Niger. A la Sonacop, lorsque la société vend de l’essence pour 10 000, les charges afférentes à ce chiffre d’affaire selevent à 20 000 soit le double. Comment voulez vous qu’on s’en sorte. Lokossou quelle est votre part dans ce désastre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus