Bénin: ça clashe dans la mouvance, Ayadji invite Patrice Talon à rappeler à l’ordre Orden Alladatin

Les déclarations du député Orden Alladatin dans sa dernière sortie médiatique ne sont pas du goût de Jacques Ayadji, président de Moele-Bénin. En réponse aux propos du député, Jacques Ayadji a clairement exprimé son mécontentement, au point de solliciter l’intervention du chef de l’Etat.

Selon Jacques Ayadji, les propos tenus par le député Orden Alladatin risquent de diviser la mouvance. Pour anticiper sur une crise interne, le président de Moele-Bénin invite le chef de l’Etat à rappeler à l’ordre, le parlementaire. « Il faut que le chef de l’Etat rappelle Orden Alladatin à l’ordre », a-t-il confié sur une radio de la place.

En effet, invité sur la chaîne E-télé, Orden Alladatin, parlant des législatives 2023, a fait savoir que certains partis devraient faire fusion avec les grands blocs en place. En disant cela, le député de l’Union Progressiste pense certainement à la barrière des 10 % imposée par les nouvelles lois électorales. Ces fameux 10 %, le PRD et l’UDBN en ont d’ailleurs fait les frais aux dernières communales.

Jacques Ayadji parle de chantage…

Dans son intervention, Orden Alladatin a martelé que l’Union Progressiste et le Bloc Républicain sont les deux grands blocs qui existent aujourd’hui. Il évoque les scores aux élections législatives de 2019 et communales de 2020 pour justifier ce classement qui met au sommet de l’échiquier politique, l’Union Progressiste.

Sentant son parti indexé, Jacques Ayadji a sèchement répondu au député Orden Alladatin. Pour le président de Moele-Bénin, Orden Alladatin est dans le chantage, lorsqu’il fait croire que certains partis sont grands et que les autres devraient chercher à les intégrer. « Je voudrais quand-même dire à Orden que des fois, on peut périr avec ses convictions, donc ce chantage ne marchera pas avec Moele-Bénin », a-t-il dit.

Semer la zizanie dans la mouvance présidentielle ?

Jacques Ayadji, apparemment très remonté contre le député, a attiré l’attention sur le risque de conflit que les propos d’Orden Alladatin pourraient occasionner. « Ce n’est pas bien, c’est une manière de semer la zizanie dans la mouvance. Je demande au président de la République de pourvoir nous rappeler à l’ordre dans la famille qui l’entoure », a-t-il déclaré.

On ne peut pas sortir d’une compétition électorale rude où on s’est donné, et à la dernière occasion, on prend la parole pour faire ce que j’appelle du chantage.

Jacques Ayadji

Selon Jacques Ayadji, l’idée de fusion avancée par Orden Alladatin n’est pas impossible, mais on ne peut en faire un chantage, encore moins une menace. « Moele-Bénin n’a pas eu besoin de chantage avant de donner la main à l’UP (aux communales de 2020) », a-t-il rappelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus