Après Joe Biden, Emmanuel Macron se dit favorable à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid

Après les États-Unis, l’UE, l’Allemagne, la France et la Russie sont favorables à une discussion au sujet de la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid. 

Jusqu’ici réticent, Emmanuel Macron s’est dit, ce jeudi 6 mai, « tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée ​sur les vaccins anti-Covid », au lendemain de l’annonce, en ce sens, par le président américain, Joe Biden. « Oui, nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial​ », a ajouté le chef de l’État français, en inaugurant le premier grand vaccinodrome à Paris, tout en soulignant que la priorité, à court terme, « était le don de doses et de produire en partenariat avec les pays les plus pauvres. »

Le 23 avril, il s’est dit opposé à la levée immédiate de la propriété intellectuelle, expliquant que le sujet n’était pas celui-là, mais celui du transfert de technologie.

« Transférer la technologie et du savoir-faire »

« Ce que j’ai dit simplement, ce qui est une réalité, c’est qu’aujourd’hui, vous avez un goulot d’étranglement, ce qui rend difficile l’accès au vaccin »​, a-t-il dit, ce jeudi, alors que l’UE s’est également dite prête à discuter ​d’une levée des brevets sur les vaccins anti-Covid.

« Vous pouvez transférer la propriété intellectuelle à des fabricants pharmaceutiques en Afrique, ils n’ont pas de plateforme pour produire de l’ARN messager. Notre sujet, c’est de transférer la technologie et du savoir-faire pour qu’il y ait des plateformes qui produisent des vaccins à ARN messager en Afrique, c’est ça, la clé »​, a poursuivi Emmanuel Macron.

« S’il y a eu un nationalisme vaccinal, il ne faut pas regarder du côté de l’Europe : nous avons dès le premier jour aidé nos alliés, nos partenaires, décidé d’exporter vers les pays les plus fragiles des doses », a-t-il plaidé. « L’Europe est le continent le plus généreux avec le reste du monde. Nous, sur les doses que nous avons produites, ce sont 65 millions environ qu’on a consommées pour nous et 45 millions qu’on a exportées. Aujourd’hui, sur les doses produites par exemple chez les Britanniques ou les Américains, il y a zéro dose exportée »​, a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus